AccueilCatalogue

Catalogue

 
S'abonner à cette recherche dans une nouvelle fenêtre
Il y a 306 résultats dans le catalogue :
*Ethnologie, sociologie*
(0.03 secondes)
page 4

Documents

Type de document: livres
livres
Afficher "Cachée sous mon turban"
Auteur(s)
Nadia Ghulam (Auteur)Agnès Rotger (Collaborateur)Martine Desoille (Traducteur)
Résumé
Le combat d'une Afghane contre le régime Taliban Tous les matins, il conduit la prière a la mosquée. Tous le respectent et l'écoutent avec attention, bien que sa voix soit fluette et son corps fin. C'est un bon musulman, généreux et droit. Ce qu'ils ignorent, c'est que sous ce turban ne se cache pas un imam, mais une jeune fille qui tremble a chaque fois qu'un taliban l'approche, craignant que son secret ne soit éventé .Cache e sous mon turban raconte l'incroyable histoire de Nadia Ghulam. Défigurée, a huit ans, lors du bombardement de sa maison, cette jeune Afghane se voit très vite dans l'obligation de subvenir aux besoins de sa famille. Mais comment faire, sous un régime qui interdit aux femmes de sortir de chez elles ?Sous l'identité de son frère mort, Nadia va se faire passer pour un garçon, accédant ainsi a l'instruction et a une certaine indépendance... au risque de tomber amoureuse. Une double vie périlleuse qui durera dix ans. Une histoire de courage et de renaissance, dans un pays dévasté par la guerre.
Type de document: DVD
DVD
Afficher "Atelier de conversation"
Auteur(s)
Bernhard Braunstein (Metteur en scène ou réalisateur)Lucile Chaufour (Compositeur)
Editeur(s)
Doriane Films
Année
2018
Résumé
Dans la Bibliothèque publique dÔinformation (Bpi), au Centre Pompidou à Paris, des personnes venant des quatre coins du monde se rencontrent chaque semaine, dans lḀtelier de conversation pour parler français. Les réfugiés de guerre côtoient les hommes dḁffaires, les étudiants insouciants croisent les victimes de persécutions politiques. Malgré leurs différences, ils partagent des objectifs communs : apprendre la langue et trouver des allié(e)s et des ami(e)s pour pouvoir (sur)vivre à lÔétranger. CÔest dans ce lieu rempli dÔespoir où les frontières sociales et culturelles sÔeffacent, que des individus, dont les routes ne se seraient jamais croisées, se rencontrent dÔégal à égal.
Type de document: livres
livres
Afficher "Réflexions sur la question antisémite"
Auteur(s)
Delphine Horvilleur (Auteur)
Résumé
Sartre avait montré dans Réflexions sur la question juive comment le juif est défini en creux par le regard de l'antisémite. Delphine Horvilleur choisit ici de retourner la focale en explorant l'antisémitisme tel qu'il est perçu par les textes sacrés, la tradition rabbinique et les légendes juives.Dans tout ce corpus dont elle fait l'exégèse, elle analyse la conscience particulière qu'ont les juifs de ce qui habite la psyché antisémite à travers le temps, et de ce dont elle « charge » le juif, l'accusant tour à tour d'empêcher le monde de faire « tout » ; de confisquer quelque chose au groupe, à la nation ou à l'individu (procès de l'« élection ») ; d'incarner la faille identitaire ; de manquer de virilité et d'incarner le féminin, le manque, le « trou », la béance qui menace l'intégrité de la communauté.Cette littérature rabbinique que l'auteur décortique ici est d'autant plus pertinente dans notre période de repli identitaire que les motifs récurrents de l'antisémitisme sont revitalisés dans les discours de l'extrême droite et de l'extrême gauche (notamment l'argument de l'« exception juive » et l'obsession du complot juif).Mais elle offre aussi et surtout des outils de résilience pour échapper à la tentation victimaire : la tradition rabbinique ne se soucie pas tant de venir à bout de la haine des juifs (peine perdue...) que de donner des armes pour s'en prémunir.Elle apporte ainsi, à qui sait la lire, une voie de sortie à la compétition victimaire qui caractérise nos temps de haine et de rejet.
Type de document: livres
livres
Afficher "Cours petite fille !"
Auteur(s)
Samuel Lequette (sous la direction éditoriale)Delphine Le Vergos (sous la direction éditoriale)Asia Argento (Préfacier)Maïa Mazaurette (Postface)
Editeur(s)
Editions des Femmes
Année
2019
Résumé
Comparable aux luttes pour l'avortement (1970) et pour la parité (1990), le mouvement de protestation féminine récent déclenché par l'« affaire Weinstein » - véritable métaphore des agressions sexuelles et des liens entre jouissance et pouvoir - fait partie des moments d'Histoire, où se condensent les colères, où naissent les révoltes. C'est un acte collectif d'émancipation. Au-delà de l'anecdote ou du fait divers, cet événement est pluriel, historique et politique : parce qu'il fait basculer l'un des hommes les plus puissants du monde (à la fois « chef » et « prédateur ») ; parce qu'il a encouragé plusieurs milliers de femmes à demander justice et à remettre en cause un rapport de force ; enfin parce qu'il concerne aussi les hommes, leur masculinité et leur ressenti de la domination masculine. À l'inverse des prises de position rétrogrades et culpabilisantes qui visent à inhiber ou à opposer, ce livre collectif réunit les « prises de parole » et les « prises d'écriture » d'autrices et d'auteurs - militantes et militants, chercheuses et chercheurs, créatrices et créateurs, victimes ou non... -, qui, sans nier leurs divergences, s'accordent pour dénoncer les injustices et les violences réelles (professionnelles, économiques, sexuelles...) subies par les femmes aujourd'hui et réaffirment la nécessité de les combattre, de les penser et de les représenter. Partant de la révélation de « l'affaire Weinstein » et des effets mondiaux de sa dissémination (#MeToo, #BalanceTonPorc...), cet ouvrage pluridisciplinaire précise les enjeux des débats et des mobilisations, et les met en perspective au regard des réflexions récentes sur les violences de genre, le consentement, l'émancipation citoyenne et artistique des femmes, et l'égalité des sexes.
Type de document: livres
livres
Afficher "Harcelées"
Auteur(s)
Astrid de Villaines (Auteur)
Editeur(s)
Plon
Année
2019
Résumé
"Elles ont entre 12 et 84 ans. Elles vivent dans les centres-villes de Paris, Bordeaux, Rennes ou Strasbourg. Elles habitent les banlieues parisiennes, la campagne angevine, la Côte d'Azur ou les anciens bassins miniers. Elles sont collégiennes, étudiantes, ouvrières, agricultrices, employées, ingénieures ou cheffes d'entreprise. Elles sont artistes, femmes politiques, fonctionnaires ou pompières. Elles sont retraitées ou sans emploi. Toutes ont vécu une discrimination, des violences sexistes ou sexuelles, du harcèlement de rue aux violences conjugales. Elles m'ont raconté ce qu'elles acceptaient et ce qu'elles n'acceptaient plus. Ce qui les a traumatisées et pourquoi elles se battent pour faire évoluer les choses. Elles ne parlent pas toutes de féminisme, mais toutes demandent l'égalité. Elles ne veulent plus avoir peur, subir de violences, avoir à se justifier sur leur genre ni faire leur preuve plus que les autres.
Type de document: livres
livres
Afficher "Les marchandises émotionnelles"
Auteur(s)
Eva Illouz (Directeur de publication)Axel Honneth (Préfacier)Frédéric Joly (Traducteur)
Editeur(s)
Premier Parallèle
Année
2019
Résumé
Des stations du Club Med à la musique d'ambiance diffusée dans nos écouteurs, en passant par les guides de psychologie positive et la valorisation de sentiments archi-spécifiques par l'industrie des cartes de voeux, la consommation et les émotions sont désormais entièrement intriquées. C'est là un trait fondamental de notre modernité. Une modernité qui nous demande d'être parfaitement rationnels et, dans le même mouvement, de chercher sans relâche à intensifier nos émotions. Ce paradoxe est rendu possible par le fait que les émotions et les marchandises sont désormais coproduites, jusqu'à générer un type de produits inédit et jusqu'à présent jamais étudié: les marchandises émotionnelles. Cet ouvrage collectif, initié et dirigé par Eva Illouz, montre comment ces nouvelles marchandises - produites par des industries aussi diverses que celles du tourisme, de la musique, du cinéma, du sexe ou des psychothérapies - visent à transformer et à améliorer le moi. Il pointe ainsi une caractéristique majeure de nos sociétés, interrogeant avec profondeur - en se gardant de tout jugement - l'authenticité de l'individu moderne.
Type de document: livres
livres
Auteur(s)
Romain Capdepon (Auteur)
Editeur(s)
JC Lattès
Année
2018
Résumé
"On n'est plus à Marseille mais à Rio, dans les favelas" . Ce vendredi 19 novembre 2010, le procureur de la République de Marseille, Jacques Dallest, lâche ces mots devant des dizaines de caméras plantées au pied du bâtiment 37 de la cité du Clos la Rose, l'une des plus "chaudes" des quartiers nord de Marseille. Quelques minutes plus tôt, Jean-Michel Gomez, dit "Michou" , a été criblé de balles de kalachnikov alors qu'il discutait avec des copains. Il n'avait que 16 ans. Les tueurs ne se sont pas arrêtés là : dans leur fuite, ils ont "rafalé" Lenny, un minot de 11 ans. Il survivra, par miracle. Les frères Bengler, soupçonnés d'être les tireurs, ont été acquittés après un retentissant procès d'assises. En rencontrant la famille de "Michou" , mais aussi Lenny, le rescapé aujourd'hui majeur, les acteurs sociaux de ce quartier, ses habitants, Romain Capdepon dépeint l'ambiance et le mode de fonctionnement d'une cité marseillaise. Il retrace également le déroulement d'une soirée qui a marqué un point d'orgue dans l'histoire du narco-banditisme marseillais des dix dernières années. En interrogeant les policiers de la PJ, les avocats, le procureur et le ministre de l'Intérieur de l'époque, il dessine la toile de fond de ce drame : comment, depuis plusieurs années, l'avenir de toute une génération de jeunes de cités est massacré, broyé, par l'engrenage du trafic de drogue. L'objectif n'est pas de produire une contre-enquête sur un fait divers historique qui se cherche toujours des coupables mais de relater le parcours tortueux au terme duquel deux enfants se sont retrouvés dans le viseur des tueurs et disséquer comment Marseille a basculé de façon quasi-quotidienne dans une violence d'ampleur inédite.
Type de document: livres
livres
Afficher "L'ère du clash"
Auteur(s)
Christian Salmon
Résumé
Un ouragan emporte nos sociétés hyperconnectées et hypermédiatisées. Le vent a tourné, nous l'éprouvons tous fortement. L'époque n'est plus tout à fait, ou seulement, à la manipulation et au formatage des esprits, comme encore au milieu des années 2000, quand régnait sur le discours médiatico-politique le storytelling. L'explosion du Web, l'éclosion des premiers réseaux sociaux créaient l'environnement favorable à la production et à la diffusion d'histoires. Or, de même que l'inflation ruine la confiance dans la monnaie, l'inflation des stories a érodé la confiance dans les récits. Le triomphe de l'art de raconter des histoires, mis au service des acteurs politiques, aura entraîné, de manière fulgurante, le discrédit de la parole publique. Cette défiance est aujourd'hui revendiquée par les hommes politiques eux-mêmes. Christian Salmon nous montre les logiques qui nous ont conduits à la confusion actuelle. Dans le brouhaha des réseaux et la brutalisation des échanges, la story n'est plus la clé pour se distinguer. La conquête de l'attention, comme celle du pouvoir, passe désormais par l'affrontement, la rupture, la casse des " vérités " . Désormais, viralité et rivalité vont de pair, virulence et violence, clash et guerre des récits. Fini le storytelling ? Bienvenue dans l'ère du clash !
Type de document: livres
livres
Afficher "Le travail sous tensions"
Auteur(s)
Michel Lallement (Auteur)
Résumé
Régulièrement, le travail fait la une de l'actualité. Les prétextes ne manquent pas. Les fermetures d'entreprise, les délocalisations, les conflits sociaux, les vagues de suicides, le chômage persistant, l'organisation délétère des activités productives, les plaintes professionnelles sont autant de thèmes qui, ponctuellement, retiennent l'attention et nourrissent les débats. A n'en point douter, le travail d'aujourd'hui pose problème. Voilà un constat pour le moins paradoxal car, si l'on en croit certaines enquêtes sociologiques menées à grande échelle, la plupart des Français associent le travail à leur bonheur de vivre. Pour comprendre et dépasser cette contradiction apparente, il convient de regarder la manière dont le travail se transforme. Tel est l'objectif du présent ouvrage. Présentant notamment les nouvelles formes de coopération productive qui se développent avec les plateformes numériques comme Uber et bien d'autres encore, Michel Lallement met en évidence l'existence d'une série de tensions — de nature et de portées inégales —, qui affectent notre manière de travailler. Le travail n'est pas qu'un geste, c'est un bien commun.
Type de document: livres
livres
Afficher "Tristes Grossesses"
Auteur(s)
Danièle VoldmanAnnette Wieviorka
Editeur(s)
Seuil
Résumé
Parce qu'ils avaient laissé mourir faute de soins leur quatrième enfant, Ginette et Claude Bac furent condamnés à sept ans de réclusion par la cour d'assises de la Seine en juin 1954. Cassé pour vice de forme, le jugement fut ramené lors d'un second procès à deux années, couvertes par leur détention. La gynécologue Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé y témoigna en leur faveur, ce qui fut déterminant. Quelques mois plus tard, elle fondait la Maternité heureuse qui devint le Planning familial. De l'affaire des époux Bac, toujours mentionnée en quelques lignes dans les ouvrages d'histoire pour avoir été un facteur déclenchant des mouvements en faveur de la contraception, on ne savait presque rien. Danièle Voldman et Annette Wieviorka font le récit du drame vécu par ce jeune couple ouvrier de Saint-Ouen, des "gens sans importance" que des grossesses rapprochées accablèrent. Elles racontent aussi comment les partisans de la légalisation de la contraception se sont emparés de ce désolant fait divers, devenu fait de société. Les déclarations de Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé au procès ont brisé un tabou, ouvert une brèche qui a libéré la parole des femmes et mis au jour leurs souffrances. L'opinion en a été bouleversée. Le débat public ne s'est plus refermé jusqu'au vote de la loi Neuwirth en 1967, une révolution dans l'histoire des femmes.