AccueilCatalogue

Catalogue

 
S'abonner à cette recherche dans une nouvelle fenêtre
Il y a 509 résultats dans le catalogue :
*Ethnologie, sociologie*
(0.28 secondes)
page 2

Documents

Type de document: livres
livres
Afficher "#JeSuisMila, # JeSuisCharlie, #NousSommes La République"
Auteur(s)
Zineb El Rhazoui (Préface)Zohra Bitan (Introduction)
Editeur(s)
Seramis (Editions)
Année
2020
Résumé
L'idée de cet ouvrage collectif m'est venue en pensant à Mila, mais aussi et surtout à toutes les victimes de l'islamisme, aux blessures ouvertes qui ne se referment pas, à ma France, à ma douce France, et à mes compatriotes.
Type de document: livres
livres
Afficher "Faut-il se ressembler pour s'assembler ?"
Auteur(s)
Nicole Lapierre (Auteur)
Editeur(s)
Seuil
Année
2020
Résumé
"Qui se ressemble s'assemble", dit-on. Cette fausse évidence justifie les replis et les rejets. Devons-nous être les mêmes pour vivre côte à côte ? La réponse est non. Ce n'est ni nécessaire, ni souhaitable. Mais l'affirmer ne suffit pas. Ecrit dans un langage clair, illustré de nombreux exemples, ce livre engagé croise anthropologie et politique. Il commence avec le monde enchanté des ressemblances familiales, où la nature est invoquée pour garantir la lignée, et se poursuit avec le mythe de la "famille nationale". Deux types de société sont fondés sur la ressemblance. Le premier est radicalement excluant : il impose le rejet des minorités ou, dans un processus totalitaire, leur destruction. Le second est autoritairement incluant : il prône l'assimilation des groupes minoritaires. Les deux perspectives sont dissemblables mais aucune n'accepte les minorités telles qu'elles sont. Nicole Lapierre défend un comparatisme apte à constater l'évidence des différences sans les hiérarchiser. Elle inverse la proposition : qui s'assemble se ressemble (un peu), sans pour autant perdre sa singularité.
Type de document: livres
livres
Afficher "Les territoires conquis de l'islamisme"
Auteur(s)
Bernard Rougier (Directeur de publication)
Editeur(s)
PUF
Année
2020
Résumé
Comment des réseaux islamistes sont-ils parvenus à constituer des enclaves au coeur des quartiers populaires ? Comment des foyers idéologiques et institutionnels situés au Moyen-Orient arabe et au Maghreb ont pu y diffuser avec succès leurs conceptions de l'islam ? D'Aubervilliers à Toulouse, d'Argenteuil à Champigny, Mantes-la-Jolie ou encore Molenbeek (Belgique), cet ouvrage étudie les stratégies et les pratiques des réseaux islamistes. Il documente précisément le maillage de l'espace local qui, des lieux de culte aux espaces de loisir et d'activités professionnelles, aboutit à la constitution de " territoires d'islam " en rupture avec la société française. Traçant la cartographie de cette géographie islamiste du pouvoir, les auteurs révèlent ses croisements, ses noeuds de communication, ainsi que les flux idéologiques, économiques et interpersonnels qui la traversent. Au coeur de cette analyse, la prison offre un prisme exceptionnel et apparaît plus que jamais comme le lieu où s'élaborent les nouvelles doctrines de l'islamisme.
Type de document: livres
livres
Afficher "Le Genre du capital"
Auteur(s)
Céline Bessière (Auteur)Sibylle Gollac (Auteur)
Editeur(s)
La Découverte
Année
2020
Résumé
On sait que le capitalisme au XXIe siècle est synonyme d'inégalités grandissantes entre les classes sociales. Ce que l'on sait moins, c'est que l'inégalité de richesse entre les hommes et les femmes augmente aussi, malgré des droits formellement égaux et la croyance selon laquelle, en accédant au marché du travail, les femmes auraient gagné leur autonomie. Pour comprendre pourquoi, il faut regarder ce qui se passe dans les familles, qui accumulent et transmettent le capital économique afin de consolider leur position sociale d'une génération à la suivante. Conjointes et conjoints, frères et soeurs, pères et mères n'occupent pas les mêmes positions dans les stratégies familiales de reproduction, et n'en tirent pas les mêmes bénéfices. Fruit de vingt ans de recherches, ce livre montre que le capital a un genre. Céline Bessière et Sibylle Gollac enquêtent sur les calculs, les partages et les conflits qui ont lieu au moment des séparations conjugales et des héritages, avec le concours des professions du droit. Des mères isolées du mouvement des Gilets jaunes au divorce de Jeff et MacKenzie Bezos, des transmissions de petites entreprises à l'héritage de Johnny Hallyday, les mécanismes de contrôle et de distribution du capital varient selon les classes sociales, mais aboutissent toujours à la dépossession des femmes. Ce livre analyse ainsi comment la société de classes se reproduit grâce à l'appropriation masculine du capital.
Type de document: livres
livres
Afficher "Où va l'argent des pauvres"
Auteur(s)
Denis Colombi (Auteur)
Editeur(s)
Payot
Année
2020
Résumé
L'image choque : un SDF avec un portable dernier cri. Pourquoi ? Une dépense injustifiée ? L'argent des pauvres est un objet de fantasmes : on l'imagine mal géré, mal utilisé, mal alloué. Pourtant, on s'interroge peu sur comment les pauvres eux-mêmes le gèrent, où va cet argent, ce qu'il devient et qui il enrichit. A partir d'exemples concrets de notre quotidien, ce livre vise à déconstruire notre perception du pauvre. Poser la question de l'argent des pauvres, c'est aussi s'interroger sur notre rapport à la consommation. La place du luxe ou du superflu dans nos dépenses. La nécessité - ou non - des " petits plaisirs " que l'on s'octroie.
Type de document: livres
livres
Afficher "La Fabrique du crétin digital"
Auteur(s)
Michel Desmurget (Auteur)
Editeur(s)
Seuil
Année
2019
Résumé
La consommation du numérique sous toutes ses formes - smartphones, tablettes, télévision, etc. - par les nouvelles générations est astronomique. Dès 2 ans, les enfants des pays occidentaux cumulent chaque jour presque 3 heures d'écran. Entre 8 et 12 ans, ils passent à près de 4 h 45. Entre 13 et 18 ans, ils frôlent les 6 h 45. En cumuls annuels, ces usages représentent autour de 1 000 heures pour un élève de maternelle (soit davantage que le volume horaire d'une année scolaire), 1 700 heures pour un écolier de cours moyen (2 années scolaires) et 2 400 heures pour un lycéen du secondaire (2,5 années scolaires). Contrairement aux idées reçues, l'abus d'écrans est loin d'améliorer les aptitudes de nos enfants. Bien au contraire, il a de lourdes conséquences : sur la santé (obésité, développement cardio-vasculaire, espérance de vie réduite...), sur le comportement (agressivité, dépression, conduites à risques...) et sur les capacités intellectuelles (langage, concentration, mémorisation...). Autant d'atteintes qui affectent fortement la réussite scolaire des jeunes. " Ce que nous faisons subir à nos enfants est inexcusable. Jamais sans doute, dans l'histoire de l'humanité, une telle expérience de décérébration n'avait été conduite à aussi grande échelle ", estime Michel Desmurget. Ce livre, première synthèse des études scientifiques internationales sur les effets réels des écrans, est celui d'un homme en colère. La conclusion est sans appel : attention écrans, poisons lents !
Type de document: livres
livres
Afficher "Je ne suis pas parisienne"
Auteur(s)
Alice Pfeiffer (Auteur)
Editeur(s)
Stock
Année
2019
Résumé
L ' icône de la Frenchwoman, la femme française, plus particulièrement la Parisienne, est un objet de consommation mondialisé. Cette figure majeure de la mythologie est applaudie et enviée dans le monde entier pour son allure, sa silhouette, son esprit, sa culture, sa séduction. Elle est aussi une mère parfaite, toujours patiente, flanquée d'enfants bien élevés.On peut se demander où sont toutes les autres femmes françaises qui ne correspondent pas à ces canons, celles qui ne font pas semblant de lire Deleuze, n'agitent pas de longues crinières, la bouche écarlate faisant ressortir un teint forcément diaphane.Cet ouvrage propose une série de saynètes qui se penchent sur ces figures qu'on ne connaît que par la moquerie ou le mépris, et qui sont essentielles au maintien du mythe. Sans la « cagole », la « cougar » ou la « beurette », la Parisienne n'existerait pas.
Type de document: livres
livres
Afficher "Cannibales en costume"
Auteur(s)
David Courpasson (Auteur)
Editeur(s)
Ed. François Bourin
Année
2019
Résumé
Un cannibale peut-il porter un costume ? Cette question, d'apparence saugrenue, permet pourtant d'expliquer le carnage social à l'oeuvre depuis des décennies dans les bureaux et ateliers que nous fréquentons quotidiennement : plus encore que l'usine sale et bruyante d'hier, la start-up bouillonnante et l'entreprise d'aujourd'hui forment un univers où tout le monde mange tout le monde, où les salariés se dévorent entre eux et se dévorent eux-mêmes. Au point que des gens ordinaires basculent dans l'indicible, en acceptant, voire en provoquant le sacrifice de leurs collègues, pour rester eux-mêmes dans la course. Beaucoup s'effondrent ; d'autres bricolent, s'arrangeant pour retisser quelques liens de solidarité... Comment repenser une frontière entre une barbarie, un cannibalisme qui semblent inéluctables et une cohabitation néanmoins nécessaire, plus pacifique et généreuse, entre les hommes ? Résultat de près de trente années d'enquête dans de multiples lieux de travail, ce livre raconte autant de trajectoires de travailleurs déchirés par d'insondables dilemmes : soutenir le copain en galère ? L'éliminer pour le remplacer ? Refuser de faire un sale boulot ? Ou se taire, trouver les raisons de son indifférence et continuer sa route, un peu plus seul sans doute, mais toujours vivant ? Il en résulte un ouvrage poignant, qui interroge sous un nouveau jour notre rapport au travail, et aux autres. David Courpasson est sociologue, professeur à emlyon Business School et à l'université de Cardiff. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages consacrés au monde du travail et de nombreux articles.
Type de document: livres
livres
Afficher "Sex friends"
Auteur(s)
Richard Mèmeteau (Auteur)
Editeur(s)
Zones
Année
2019
Résumé
Richard Mèmeteau propose une réflexion originale sur l'éthique sexuelle contemporaine. A rebours d'un idéal amoureux servant d'alibi aux frustrations ou d'une sexualité réduite à la pulsion animale, il pointe une autre possibilité : celle d'une amitié sexuelle, de relations intimes détachées de l'amour sans pour autant être impersonnelles. Sites ou applications de rencontres représentent plus qu'un simple outil qui permettrait de chasser le prince charmant ou de jouer les don Juan. En hameçonnant les utilisateurs par la promesse d'une abondance sexuelle et amoureuse, ces interfaces nous confrontent à la réalité de nos propres frustrations. De ce désert sentimental que traverse toute une génération de célibataires émerge une nouvelle figure : le " sex friend ". Ni amoureux fou ni calculateur froid, le sex friend a compris que la sexualité déborde aussi bien les codes de la grande histoire d'amour que les lois d'un prétendu " marché de la drague ".
Type de document: livres
livres
Afficher "La Mère de toutes les questions"
Auteur(s)
Rebecca Solnit (Auteur)Céline Leroy (Trad. de l'américain)Paz de la Calzada (Illustrateur)
Editeur(s)
Editions de l'Olivier
Année
2019
Résumé
Qui a été historiquement réduit au silence, et pourquoi ? Comment les femmes et les minorités sont-elles parvenues à récupérer, ou non, leur parole ? En quoi un changement politique est-il avant tout un changement de récit ? Pour répondre à ces questions, Rebecca Solnit balaye un grand nombre de sujets, de l'histoire des droits civiques et de l'esclavage, à la culture du viol dans les campus américains, en passant par la masculinité toxique.